libertés, confort : la soustraction !

Publié le par thierry de briel

daumier.jpg

 

 

 

Allez, une petite rubrique sur les libertés,

elle sera assez copieuse... on la complètera donc plus tard.

 

 

 

 

« L’homme est né libre et partout il est dans les fers »

 

 Jean Jacques ROUSSEAU  (Du contrat social)

 

 

 

Eh oui Jean Jacques, tu as tout fait pour essayer de le délivrer un peu… puis des têtes ont été coupées, on a tenté d’établir la république, essayé les empereurs, repris une petite part de gâteau des rois… on s’est dit qu’il fallait amender les républiques : trop dur ; on les a remplacé les unes par les autres, changé les Mariannes, connu la séparation de l’église et de l’état, la lutte des classes, les guerres et les libérations : les lendemains devaient chanter… et nous on déchante.

 

Demandez autour de vous, on vous dira qu’il y a plus de liberté, plus d’aisance aujourd'hui que jamais… c’est une affirmation sans réflexion formulée par tout un chacun (heureusement pour les hommes politiques qui dans le cas contraire devraient vraiment ne travailler que pour augmenter nos pouvoirs sur toute chose, nos espaces d’autonomie et le confort de notre vie) ; à la rigueur on vous dira que certaines lois récentes restreignent les libertés individuelles. Il ne vient l’idée de personne de prétendre que depuis quelques années les libertés régressent dans tous les domaines. Pourtant, si on devait établir un bilan…

 

Jean Jacques, je ne voulais pas te le dire jusqu’à maintenant : j’ai peur qu’ils n’aient rien compris à ton contrat social !

Il paraît que tu étais maso ? Si c’est vrai, tu dois être content de cette rouste… et tu n’as pas à te retourner dans ta tombe… ce qui n’est ni facile ni discret.

 

Tu veux que l’on mesure le désastre… es-tu prêt pour la visite ?

 

La liberté d’aller et de venir ? Il est beaucoup d’endroits d’accès libre qui appartenaient à tous et qui ont été récupérés par quelques uns : je pense à certaines régions ( comme la Corse : taxe pour les passagers non résidents ), certaines villes ou villages : entrée ou parking obligatoire payants ), aux bords de mer, à des forêts communales, des lacs, des montagnes, des chemins, des places, des trottoirs, des quais d’embarquement, des pistes d’avion, des églises (fermées ou avec entrées payantes ), des châteaux et autres bâtiments (certains qui ont été même « pris par le peuple » au moment de la révolution).

 

Ailleurs on vous interdit de circuler en bord de mer, de vous étendre sur la plage (plages privées, propriétés jouxtant la mer) , d’y plonger (parce que la mer est dangereuse ou polluée) ou on vous demande de ne vous doucher que sous le regard de la police, on vous ferme à partir de critères discutables les forêts pour risque d’incendie, de grand vent, de préservation des espèces ( et l’espèce humaine… elle ? ).

 

On ne peut faire du ski hors piste, Si vous vous absentez trop longtemps on vous recherche sans que vous ayez rien demandé, on vous interdit de pic niquer, de faire du feu, de monter une tente, de ramasser des fleurs, parfois de photographier ou de fumer et, bien entendu, de pêcher et chasser librement … à quand le permis de pêche en bord de mer ou de chasse sous-marine en apnée ?

 

Pour les voitures, parlons-en, c’est l’abus généralisé… au début il n’y avait pas de permis puis un permis ultra simple, maintenant c’est un gros code pénal avec des sanctions même de prison ! Vous ne pouvez construire ni bricoler un véhicule sans être soumis à des contrôles très stricts. (Fini les inventeurs de génie qui se cassaient la pipe au creux d’un virage !)

 

On vous dévie, détourne, on change la signalisation, le sens de circulation : on vous oblige à faire des ronds-points imbéciles, des kilomètres supplémentaires, on vous refuse certains quartiers, certaines villes… on vous interdit parfois de laver la voiture (pour cause de sécheresse) mais vous oblige à la réparer. Si vous n’avez pas assez d’argent pour le faire on vous confisque de fait la conduite de votre véhicule (visite technique entraînant des réparations que vous ne pouvez pas assumer).

 

On vous sanctionne parce que vous avez acheté tel type de carburation qu’on vous engageait à acquérir auparavant, on vous oblige à avoir de nouveaux équipements ! Vous ne pouvez plus stationner comme avant ou pour si cher ! La voiture est devenu un cauchemar, un gouffre financier, les assurances se défaussent de leurs obligations, la conduite n’a plus que des inconvénients, fini la vitesse, la liberté, le plaisir de maîtriser une petite merveille technique ... vos gosses, endoctrinés dès la maternelle, critiquent vos capacités de conducteur !

On inflige à la police en ce domaine un rôle souvent imbécile, conflictuel avec des citoyens par ailleurs honnêtes, au détriment de vrais missions contre d’authentiques délinquants.

 

Pour les bateaux c’est la même chose : permis, équipements obligatoires, contrôles en mer plus nombreux, prix du carburant ; les voiliers ont pu échapper encore au permis mais pour combien de temps ?

 

Vous ne pouvez plus appuyer sur le champignon : ramassez-les ! Ce n’est même plus vraiment envisageable : en certains lieux (même publics) vous n’avez plus le droit d’en cueillir ou il faut payer.

 

Plus rares aussi ou finies les petites promenades à peu de frais le week-end avec la belle-mère, le chien, le panier repas : il faut acquitter l’essence (hors de prix), l’autoroute (payée déjà dix fois par tous les citoyens : racket organisé), probablement le stationnement obligatoire à l’entrée de certains sites même dits « naturels » et peut être aussi la contravention que l’on risque de prendre car précisément il y est interdit de piqueniquer (allez vous faire n .....)

 

Avec nos moyens de locomotion donc : ceinture obligatoire… vu Jean Jacques ?

 

 

 

Publié dans oreillesdemidas

Commenter cet article