circulez, il n'y a rien à voir !

Publié le par thierry de briel

CIRCULEZ : IL N’Y A RIEN A VOIR !

 

Notre nouveau Midas, ancien ministre de l’intérieur, fait très fort ces temps-ci : non pas de coucher à Marigny sous la tente de Kadhafi… mais d’accepter la réforme du statut des officiers de police pour être bien sûr et certain qu’on n’aura pas à l’avenir d’heures supplémentaires à leur payer comme on ne les a pas payé pour celles effectuées dans le passé !

 

« Travaillez, vous gagnerez plus !» qu’ils disaient… ah la bonne blague !

 

S’il est des fonctionnaires qui travaillent, qui sont au charbon et aux poubelles, dont le rond de cuir est plus qu’usé, rapiécé, voire même troué par quelques balles perdues, c’est bien les policiers…tout le monde en convient et ne les envie pas sur ce terrain… beaucoup même aimeraient qu’ils travaillent peu pour qu’ils s’occupent moins de leurs affaires !

 

Circulez, il n’y a rien à voir ! Cornegidouille ! Vous serez cadres désormais et derechef n’aurez plus à solliciter quoique ce soit car votre statut impliquera que quand vous travaillerez plus que les heures légales vous ne toucherez rien de plus ! … rendez-vous compte, vous serez cadres !

 

Voyez les commissaires, ces hauts fonctionnaire, eux, ils n’ont jamais eu d’heures supplémentaires et ils se portent bien ! Ils se pavanent et ne demandent rien car ce sont des gens importants, des élites locales, « des pompiers de province » comme disait Raymond Barre.

 

Vous allez, par ma grande gidouille, accéder à leur niveau, être aussi dociles et ravis qu’eux.

 

 Vous aussi, vous considérerez bientôt que la ruée des salariés du secteur privé vers les heures supplémentaires et les entrées d’argent correspondantes (et non imposées) sont vraiment à dédaigner.

Rappelez-vous que l’on vous a appris aussi à dédaigner les avancements à l'efficacité, les augmentations pour performance de l'entreprise, les treizièmes mois, les primes d’intéressement, de transport, de restaurant, les services et les cadeaux des comités d’entreprises etc.… vous verrez plus il y en a à mépriser, plus c’est facile, vous êtes bien audessus de cela, vous êtes cadres !

 

Ici Midas dresse l’oreille :

 

« Comment ? Ils sont dans la rue me dit-on ? Pour protéger nuit et jour la tente de Kadhafi ?... Non ?... pour manifester ?...contre Nous ?»

 

« Ah, les ingrats, les mauvais sujets, sur le champ qu’on les étripaille, qu’on les écartrangule ! »

 

« Qu’est-ce qu’ils croient, ma cassette est vide, et, de toute façon ce ne serait pas pour eux, na ! »

 

« Qu’on me porte ma totote et mon CAC quarante,  je vais me coucher,  j’ai assez régné pour aujourd’hui ! »

 

 

 

 

 

 

Publié dans humeurs

Commenter cet article

thierry de briel 24/12/2007 20:15

la police c'est toujours plus facile à faire, à critiquer, à blâmer quand on est (et que l'on a toujours été à l'extérieur)... magistrats, membre de cabinet ministériel, corps préfectoral, du SGAP, du STI devraient effectuer de vrais stages sur le terrain avec elle ! 

Nichevo 23/12/2007 22:08

Bonsoir Patron; j'ai apprécié le billet; mais vos collègues ne sont pas toujours à la fête non plus...Nous plions en ce moment sous les coups de boutoirs, minés de l'intérieur...

thierry de briel 18/12/2007 05:30

merci Bénédicte, venu de vous ce commentaire m'agrée particulièrement... c'est vrai que "patron" se dit aussi en chirurgie et il y a beaucoup à opérer dans ce vieux corps malade !... vous le montrez avec tant d'efficacité !

bénédicte 13/12/2007 15:46

Toujours aussi savoureux à lire.... patron.(non, ne dites rien, pour une fois que je me régale à lire un taulier, je dis patron aha ! )Bonne journée :-)